Accueil Blog TVA et impôts Indépendants: pensez encore à votre PLCI

TVA et impôts

1 note

171 vues

Indépendants: pensez encore à votre PLCI

Frédéric Wauters Publié le 15 décembre 2022
pension independant complementaire PLCI

La fin de l’année approche, et avec elle les dernières occasions de bénéficier de déductions fiscales. Et si vous en profitiez pour vous occuper de votre pension complémentaire? Il est encore temps de souscrire à la PLCI, ou pension libre complémentaire d’indépendant

En tant qu’indépendant, vous constituer un complément de pension par vous-même est indispensable. En effet, malgré les avancées enregistrées ces dernières années, la pension légale des indépendants reste bien trop souvent inférieure à celle des salariés. Il est donc important de vous mettre le plus tôt possible à épargner pour votre pension complémentaire.

Une PLCI, c’est quoi?

La PLCI, ou pension libre complémentaire d’indépendant, fait partie des pensions complémentaires du « deuxième pilier », c’est-à-dire les pensions constituées à partir des revenus du travail. Le principe en est simple: vous apportez chaque année dans votre PLCI un montant défini, qui sera placé, selon le type de PLCI, dans un fonds de placement ou une assurance-vie. Cette assurance-vie peut soit être:

  • une assurance-vie « branche 21 », c’est-à-dire avec un capital garanti et un revenu annuel garanti
  • une assurance-vie « branche 23 », c’est-à-dire sans garantie de capital et de revenu.

Les produits de la branche 23 sont un peu plus risqués, mais procurent un rendement plus élevé.

Au moment où vous prenez votre pension, vous récupérez le capital constitué par les montants que vous avez épargnés et le rendement (garanti ou non) qu’ils ont généré au fil des années.

Fiscalement attractive

L’intérêt principal de la PLCI est son attractivité fiscale. Celle-ci résulte de la combinaison de trois facteurs:

  1. Une absence de taxation des primes: les montants versés dans le cadre d’une PLCI sont exonérés de la taxe de 2% sur les primes d’assurance.
  2. Une déductibilité des primes à l’IPP: les primes versées sont intégralement déductibles à l’impôt des personnes physiques en tant que revenus professionnels. Épargner pour votre pension diminue donc votre facture fiscale. En clair, si vous êtes imposés dans la dernière tranche d’imposition, vous récupérerez 50% des primes (ainsi que les centimes additionnels communaux, qui représentent entre 0% et 10% selon votre lieu de résidence).
  3. Une déductibilité pour les cotisations sociales: puisque ces primes constituent des frais professionnels déductibles, elles vous permettent donc de diminuer le montant de votre revenu imposable, qui sert de base au calcul de vos cotisations sociales d’indépendant. Concrètement, vous économisez donc jusqu’à 20,5% du montant de vos primes.

En clair, vous récupérerez, selon votre situation, jusqu’à près de 70% des primes versées dans le cadre de votre PLCI.

Un montant limité

Évidemment, l’ampleur du cadeau fiscal a poussé le fisc à limiter le montant déductible:

  • 8,17% de votre revenu imposable, avec un maximum de 3 447,62 euros (montant pour 2022) si vous choisissez une PLCI « simple »
  • 9,40% de votre revenu imposable, avec un maximum de 3 966,67 euros (montant pour 2022) si vous choisissez une PLCI « sociale ». Cette dernière vous permet de cotisation dans un fonds de solidarité qui assumera le paiement de vos primes pendant vos périodes de maladie ou d’invalidité, ou vos congés de maternité.

Si vous souhaitez épargner plus et bénéficier d’un autre avantage fiscal, deux autres formules s’offrent à vous pour compléter votre pension: la CPTI pour les indépendants en personne physique, et l’EIP pour les indépendants en société. Nous en reparlerons dans un prochain article.

Et à l’échéance?

La taxation à l’échéance est elle aussi plutôt favorable au contribuable:

  • D’une part, le capital total perçu est soumis à une cotisation ONSS de 3,55%
  • D’autre part, 80% du capital garanti est imposé selon le principe de la « rente fictive ». Sans entrer dans les détails, cela signifie qu’au cours des 10 à 13 années qui suivent la prise de votre pension (le chiffre dépend de l’âge), vous devrez déclarer un petit pourcentage (entre 3,5% et 5%) de ce capital comme revenu.

Profitez-en encore en 2022

Si vous n’avez pas encore pris vos dispositions, pensez à souscrire votre PLCI avant la fin de l’année, vous pourrez ainsi encore bénéficier de l’avantage fiscal pour 2022. Votre expert-comptable Amarris-direct pourra vous renseigner sur le montant que vous pouvez consacrer à cette PLCI.

Attention: depuis cette année, la déductibilité n’est possible que si vous avez payé toutes vos cotisations sociales d’indépendant. Assurez-vous donc que tout est en ordre de ce côté!

Besoin d’aide pour faire les bons choix fiscaux ?

Parlons-en !

Donnez nous votre avis

0/5