Accueil Blog TVA et impôts Est-ce vraiment intéressant d’échanger sa voiture de société contre du salaire net ?

Est-ce vraiment intéressant d’échanger sa voiture de société contre du salaire net ?

TVA et impôts

0 notes

993 vues

Est-ce vraiment intéressant d’échanger sa voiture de société contre du salaire net ?

Jordan Vandamme Publié le 15 juillet 2023 Modifié le 21 juillet 2023
Est-ce vraiment intéressant d'échanger sa voiture de société contre une rémunération nette ?

Un salaire net plus élevé devrait persuader des travailleurs d’abandonner leur voiture de société. Mais cela vaut-il vraiment la peine d’opter pour une rémunération plus élevée ?

Le gouvernement fédéral s’attaque aux voitures de société, notamment en démantelant la déductibilité fiscale des cartes carburant. Cette mesure gouvernementale coûterait aux sociétés 250 euros par carte carburant par an. L’adoption du budget mobilité est également censée faire diminuer la popularité de la voiture de société. Les employés peuvent dans ce cas par exemple opter pour un abonnement de train, un vélo d’entreprise ou un salaire net plus élevé.

Un salaire net plus élevé

Et que se passera-t-il si l’employé opte pour un salaire net plus élevé ? Cela reviendrait dans certains cas à une augmentation du salaire net d’environ 450 euros. Toutefois, une telle augmentation de salaire n’est possible que si l’employé ne doit pas payer de cotisations sociales ou d’impôts sur le salaire supplémentaire. Cela semble peu vraisemblable, car cela coûterait énormément d’argent au fisc et à la sécurité sociale. Pourtant, le gouvernement n’a pas encore adopté une position claire à ce sujet !

Si le salaire supplémentaire est imposé aux taux normaux, l’employé conservera beaucoup moins que 450€ par mois. Une simple simulation nous apprend qu’une voiture moyenne coûtera mensuellement 373 euros (taxes et impôts inclus) à une société. Si cette même société convertit ces frais en salaire brut, l’employé gagne 165 euros supplémentaires en net par mois. C’est beaucoup trop peu pour persuader un employé de ne pas opter pour une voiture de société.

L’Open Vld avait déjà mis au point une proposition en mars concernant la manière dont le salaire supplémentaire devrait être imposé. Selon le parlementaire Egbert Lachaert, ce salaire supplémentaire devrait figurer sous un code spécifique sur la fiche salariale et être imposé de la même manière que le montant du leasing de votre voiture de société, donc via un avantage de toute nature.

Ainsi, cela ne coûtera pas un euro de plus à l’employeur et l’employé ne recevra pas un euro de moins. Car en travaillant avec un code de salaire net séparé, vous ne risquerez pas de tomber dans une tranche d’imposition plus élevée. Espérons que cette voie soit retenue…

Donnez nous votre avis

0/5

Articles liés

TVA et impôts

5

Comment financer l’acquisition d’un nouveau  véhicule ?

Un projet enthousiasmant dans la vie d’un dirigeant d’entreprises ou d’indépendant est souvent celui d’acquérir une nouvelle voiture professionnelle ? Il faudra évidemment songer à la marque, au look mais aussi aux équipements, parfois pléthoriques suivant le constructeur, mais aussi à la manière dont vous allez la financer. Achat sur fonds propres, via un crédit classique, un leasing ou renting, beaucoup s’y perdent dans ces formules et ce vocable confus. Faisons le point !

28 mars 2023

TVA et impôts

5

La TVA, quel fonctionnement anticiper ?

Dès que vous quittez le statut de salarié, vous devez vérifier que vous êtes assujetti ou non à la TVA. Dans certains cas en effet, vous pouvez exercer en « franchise de TVA », ce qui vous permet tout simplement de ne pas vous en préoccuper ! Mais avant cela, il peut être utile de repréciser les notions clés de la gestion de la TVA quand on passe du côté entrepreneur de la force. Qu’est-ce que la TVA déductible ? Quels sont les régimes de TVA auxquels vous pourriez être assujettis ? Quels sont les impacts en matière de comptabilité ?

22 juillet 2020

TVA et impôts

5

Les mentions obligatoires sur vos factures en  termes de TVA

La déduction de la TVA consiste en un “droit“, ce qui implique des conditions à respecter car si payer la TVA due est une “obligation“, la déduire n’est jamais qu’une faculté conditionnée par l’Administration et sous son contrôle critique. Ainsi, dans certains cas, vous devez présenter certaines mentions obligatoires sur vos factures en termes de TVA. A défaut, soit votre client ne pourra pas déduire la TVA, soit vous risquez une régularisation au taux plein.

30 septembre 2022