Accueil Blog Comptabilité et factures Bénéfice fiscal et bénéfice comptable, quelles différences ?

Comptabilité et factures

0 notes

245 vues

Bénéfice fiscal et bénéfice comptable, quelles différences ?

Marie-Laure Bouchet Publié le 21 mai 2015 Modifié le 17 juillet 2020
Bénéfice fiscal et bénéfice

Entre bénéfice fiscal et bénéfice comptable, la différence tient aux dépenses non admises par le Fisc. Ces dépenses doivent pour établir le résultat fiscal être réintégrées dans votre résultat comptable. Complexe ? Cela suppose de s’y pencher un peu en effet. Votre expert-comptable fait le point en mode question /réponses comptable. 

Albert (prénom fictif pour protéger l’identité de notre gentil lecteur) : Je me pose des questions au sujet de mon bénéfice fiscal…

L’expert-comptable : Toujours à ton service, jeune entrepreneur plein d’avenir.

Pourquoi le bénéfice fiscal déclaré au fisc est bien plus élevé que mon bénéfice comptable ?

Albert : Et bien je viens de comparer les comptes annuels de ma société pour 2014 et ma déclaration à l’impôt des sociétés. Et je vois que le bénéfice déclaré au fisc est beaucoup plus élevé que le bénéfice qui figure dans ma comptabilité. Comment est-ce possible ?

Ah, voilà une question tout à fait pertinente, mon cher. En fait, c’est simplement parce que l’idée que le fisc se fait du bénéfice n’est pas la même que celle qui nous importe pour ta comptabilité.

Albert : Mais encore ?

Comment définis-tu une “charge” pour ton entreprise ?

Albert : C’est une dépense que mon entreprise a engagé pour soutenir son activité ?

Charges ou dépenses ? Cela fait une différence !

Essentiellement, oui. Il existe cependant des charges qui ne sont pas des dépenses, dans le sens où la sortie d’argent n’a pas lieu au même moment que la prise en compte de la charge dans la comptabilité.

Albert : Ouh là, tu me perds.

Je veux parler de l’amortissement, par exemple. Lorsque tu achètes un équipement, par exemple un serveur, sa durée de vie est de plusieurs années. Tu fais la dépense au moment de l’achat, mais tu répartiras ce coût sur la durée de vie du serveur. Sinon tu aurais un bénéfice trop faible l’année de l’achat et trop élevé les années suivantes.

Albert : OK, d’accord. Revenons au fisc.

Et bien, les amortissements peuvent être des sources de divergence entre bénéfice comptable et bénéfice fiscal.

Le calcul d’amortissement diffère pour le calcul du bénéfice fiscal ?

Albert : Comment ça ?

’amortissement suppose que tu aies une idée de la durée de vie de ton investissement. Et le fisc peut avoir une autre idée que toi ?

Albert : Par exemple ?

Dans ton secteur d’activité, un ordinateur durera sans doute un ou deux ans maximum, après quoi tu voudras le remplacer par un nouveau modèle.

Albert : Oui, en effet. Et alors ?

Donc, tu vas l’amortir sur deux ans. Mais le fisc, lui, considère que l’amortissement doit avoir lieu sur 3 à 5 ans. Le montant des amortissements qu’il acceptera sera différent du tien. Et puisque tu amortis plus que lui, le bénéfice que tu calculeras sera moins élevé que celui qu’il calculera. Tu as bien sûr le droit de le faire, car les comptes de ton entreprise doivent refléter la réalité. Mais lui a le droit de t’imposer d’utiliser une autre méthode de calcul, conforme à ses règles, pour ta déclaration à l’impôt des sociétés.

Albert : Ah, d’accord.

Et il y a autre chose. Le fisc peut considérer que certaines dépenses ne sont pas déductibles du bénéfice, ou pas entièrement. Même si elles ont réellement eu lieu et concernent quelque chose dont tu as réellement besoin.

Albert : Par exemple ?

Tes frais de carburant. Tu as besoin de ta voiture de société pour te rendre chez certains clients, n’est-ce pas? C’est même pour ça que ta société en a acheté une, non ?

Albert : En effet.

Et bien, pour le fisc, l’essence que tu mets dans le réservoir n’est pas entièrement déductible. 25 % de tes frais de carburant ne pourront pas venir en déduction de tes bénéfices. C’est ce que le Code de l’Impôt sur les Revenus appelle une “dépense non admise”, en abrégé DNA. Ces dépenses doivent être rajoutées au bénéfice dans ta déclaration fiscale.

Albert : Oh. Et il y en a beaucoup, des DNA ?

Pas mal, oui. Certaines concernent la voiture de société, d’autres tes frais de restaurant. Là, il s’agit de DNA partielles : seul un pourcentage de la dépense n’est pas admis à la déduction. D’autres dépenses seront, elles, entièrement rejetées.

Albert : Par exemple ?

Les taxes régionales, la plupart des amendes… la liste est assez longue, mais nous pourrons en parler en revoyant ta déclaration si tu veux. L’essentiel, pour revenir à ta question de départ, est que la réglementation fiscale n’a pas la même vision que toi de ce qui constitue une charge. Et que le bénéfice que tu dois déclarer au fisc sera donc différent de celui que tu indiqueras dans tes comptes annuels. Et, en général, pour le fisc il sera plus élevé !

Albert (tristement) : D’accord. Merci en tout cas pour ton explication.

Avec plaisir !

Vous aussi vous avez des questions à demander à votre fiduciaire en ligne ? Faites-vous connaître !

Donnez nous votre avis

0/5