Accueil Blog Statuts et création Nouvelle idée business : faut-il créer une société ?

Statuts et création

0 notes

1717 vues

Nouvelle idée business : faut-il créer une société ?

Frédéric Wauters Publié le 4 février 2022
créer une société

Votre entreprise fonctionne bien, mais vous avez une nouvelle idée d’affaire que vous voulez absolument concrétiser. Devez-vous ou non créer une deuxième société pour ce side business ?

Lancer un nouveau projet est toujours enthousiasmant. Mais la question du cadre financier, comptable et fiscal de cette deuxième activité vaut souvent la peine de s’y attarder.
Créer une nouvelle société pour héberger ce nouveau business a un coût, puisque vous devrez :

  • Passer devant un notaire : cela dit, adapter vos statuts pour accueillir cette nouvelle activité a aussi un coût, donc la différence n’est pas flagrante
  • Dédoubler le travail de votre comptable : deux sociétés, c’est deux déclarations TVA au lieu d’une, deux déclarations à l’ISOC, deux publications de comptes annuels… Pouvez-vous l’exercer au sein de votre société ou vaut-il mieux en créer une autre ?
  • Réfléchir à la manière dont votre rémunération sera supportée par les deux sociétés, voire créer une société de management pour les facturer toutes les deux.

Comme souvent, il n’y a pas de réponse unique. Voici quelques pistes pour guider votre réflexion.

Nouveau business ou extension des activités ?

Un premier angle d’attaque est le rapport entre votre nouvelle idée de business et ce que votre société fait déjà. Votre projet est-il connexe à votre activité actuelle, ou pas du tout ? Si vous êtes développeur IT et que vous vous lancez dans les produits cosmétiques, la situation n’est pas la même que si votre nouvelle idée concerne, par exemple, la mise au point et la commercialisation d’un programme paramétrable pour créer soi-même une application.

En clair, la question à vous poser pour savoir si vous devez créer une nouvelle activité est donc : voyez-vous plus d’intérêt à garder ces activités séparées, voire compartimentées, ou au contraire à les regrouper ? Plusieurs éléments entrent en ligne de compte :

  • La nouvelle activité présente-t-elle un risque ou non? Si elle est trop risquée, et que le montant en jeu est important, peut-être convient-il d’en isoler votre business de départ.
  • Pensez-vous, à terme, revendre une des deux activités pour vous concentrer sur l’autre ? Si c’est le cas, la séparation a sans doute un sens.

Êtes-vous seul aux commandes ou avez-vous un ou plusieurs associés ?

Si vous êtes seul maître à bord, créer une société n’incombe que vous ! Votre société n’est qu’une extension de vous-même destinée, entre autres, à permettre une séparation entre votre patrimoine privé et votre patrimoine professionnel.

En revanche, si vous avez un ou plusieurs associés, mêmes passifs, ils auront leur mot à dire sur cette nouvelle orientation. Peut-être y sont-ils eux aussi favorables, mais il faudra en tout cas tout mettre au clair entre vous avant de poser les premiers jalons de votre side business.

Voulez-vous héberger l’activité de votre conjoint(e) dans votre société ?

 Il est possible aussi que l’activité ne soit pas votre idée, mais celle de votre partenaire. L’héberger au sein de votre propre société peut paraître tentant pour éviter les frais inutiles, mais soulève une série de questions:

  • qu’arrivera-t-il en cas de séparation ?
  • comment valoriser les parts de la société et combien en donner à votre conjoint(e) ?
  • comment répartir les revenus si le CA et la rentabilité des deux activités sont très différents ?

Ici aussi, les deux solutions restent possibles, mais y réfléchir avant de vous lancer vous évitera pas mal de soucis en aval.

Y a-t-il un intérêt comptable ou fiscal à l’union (ou à la séparation) de créer une nouvelle société ?

Des questions financières ou fiscales peuvent elles aussi influer sur votre choix :

  • votre entreprise actuelle a des pertes fiscales qu’elle peut encore déduire des bénéfices des exercices ultérieurs ?
  • votre entreprise actuelle est-elle au contraire bénéficiaire, et peut-elle réduire sa facture fiscale en absorbant les pertes liées au lancement de la nouvelle activité en attendant que celle-ci atteigne sa vitesse de croisière ?
  • votre société dispose-t-elle de liquidités que vous souhaitez utiliser pour financer cette nouvelle activité ?
  • y a-t-il un intérêt à partager certaines dépenses : frais généraux, salaires de collaborateurs impliqués dans les deux activités, achats groupés, etc. ? 

Imaginez-vous une levée de fonds ultérieure pour une des deux activités ?

Si vos deux business sont très différents et que vous envisagez une levée de fonds pour l’un des deux à un stade ultérieur, songez que le fait d’héberger les deux activités au sein de la même structure aura alors un coût important. Si les nouveaux actionnaires sont attirés par un seul des deux projets, vous devrez de toute manière procéder à une scission. Cette opération fera intervenir votre comptable, votre notaire, mais aussi un réviseur d’entreprises, et son coût pourrait alors grever les résultats de votre levée de fonds, voire s’avérer prohibitif.

Devez-vous créer une société pour votre nouvelle idée business ? Et si vous en parliez à votre expert-comptable ?

Comme pour beaucoup de décisions liées à l’avenir de votre entreprise, une bonne discussion avec votre comptable pourra vous aider à clarifier vos idées. Après tout, c’est sa spécialité de réfléchir à ce genre de questions, et il (ou elle) vous posera certainement des questions que vous n’auriez pas imaginées vous-même, et pourra vous préparer des scénarios chiffrés pour mieux comprendre les implications des différentes solutions que vous envisagez.

Parlez-en avec votre expert-comptable Amarris

Je consulte un expert !

Donnez nous votre avis

0/5

Articles liés

Statuts et création

5

Le statut de l’étudiant indépendant

Dans notre pratique quotidienne, nous rencontrons de plus en plus d’étudiants souhaitant travailler comme indépendant, notamment car ils souhaitent promouvoir la commercialisation de produits ou services développés durant leur cursus, ou simplement afin de pouvoir amortir le coût de leurs études et ce d’autant que de nombreux employeurs préfèrent cette relation-libre à celle d’un contrat de travail en bonne et due forme, notamment en vue d’économiser les charges patronales. Cependant, précisons tout de même que l’occupation d’un indépendant conditionne à l’absence du moindre lien de subordination entre le fournisseur et le travailleur-étudiant indépendant mais ce n’est pas l’objet de ce post. Découvrons ensemble la raison d’être de ce statut un peu particulier.

21 mars 2023

Statuts et création

5

Adapter les statuts de votre société : à quoi faut-il penser ?

chez le notaire pour adapter tout ce qui doit l’être ? Nous avons demandé à Me Sophie Maquet, notaire à Bruxelles, à quoi faire attention.

9 août 2021

Statuts et création

5

Domicilier sa société en Belgique, quand faut-il y penser et souscrire ?

La plupart des sociétés de management, les consultants et travailleurs indépendants n’ont pas la contrainte de devoir impérativement investir dans des locaux professionnels. Cela offre une souplesse très intéressante. Mais, tout le monde ne réside pas en plein cœur de Bruxelles. Dans certains cas, une « adresse professionnelle » peut manquer pour accueillir des clients, éviter de […]

2 février 2021